Aggrandissement du magasin

Bonjour à tous,

J’espère cette fois ne pas créer un sujet en doublon, j’ai recherché si ce sujet existait avec plusieurs mots clés et je n’ai pas trouvé de réponses à ces questions (ou alors c’est que je ne sais pas chercher).
J’aimerais savoir si vous êtes déjà passé à l’étape agrandissement du magasin ? Recherche d’un nouveau local plus grand etc ?

Nous y pensons à La Mouette au Havre et nous aimerions avoir des retours d’expériences sur ce sujet, comment les coopérateurs ont vécu ce changement, si il y a des points de vigilance à avoir etc ?

Merci d’avance de vos réponses :slight_smile:

Bonne soirée,
Bénédicte pour La Mouette

Bjr,
je vais répondre de mes 2cts comme disent les états-uniens, sachant que nous en sommes à la même étape que vous.
Compte-tenu de tous les paramètres extrêmement variables (sans exhaustivité et en vrac, échéance du bail, coût des locaux, croissance du nombre de clients et coopain-ines, etc. etc.) il est difficile de tenter de déterminer le moment « opportun ».
Pour cette raison la démarche qui me paraît la plus ad hoc est de se lancer et de s’adapter au pied du mur. Donc trouver le local est la 1ère étape dont découlerait toutes les autres (aménagement, transfert, et j’en passe sans oublier l’étape de décision, donc débat-éclairage).
Un nouveau défi.

1 J'aime

Salud, moi je dirais, le plus tôt possible compte tenu des possibilités économiques ! Je pense aux projets qui se retrouvent « bloqués » en phase épicerie-test, n’est-ce pas le Cafoutch…

En fait la tentation est grande de faire la meilleure épicerie de 50 m2 du monde, mais ce n’est évidemment pas la même chose qu’un « vrai » supermarché sur plusieurs centaines de m2… donc ça dépend vraiment des projets, il y en a qui se satisferont très bien d’être des épigones de « Mon Epi », et donc de rester à petite échelle avec les travers écologiques et sociaux que ça peut comporter, et d’autres qui visent toujours la promesse d’une supercoop de masse avec des milliers de coopérateurs.trices (spoiler : à mon avis c’est ça qu’il faut faire).

Bon nous à Montpel on a eu une super opportunité qui s’est présentée très vite donc pas trop le temps de réfléchir, 6 mois après l’épicerie-test on avait le supermarché bim boum, mais c’est vrai que l’épicerie-test peut avoir un côté comment dire, reposant ! On a un.e ou deux salarié.e.s, on est plus ou moins à l’équilibre économique, on rajoute des fournisseurs, on optimise ses linéaires… et du coup ça ronronne et on perd un peu de vue le projet de supermarché coopératif (quand il existe).

Mon truc à Metz en ce moment, c’est de dire : on bricole tout ! On n’engage pas de gros frais ni de grands projets pour l’épicerie, ce n’est qu’une étape très transitoire de notre développement, on assume que ça soit mal foutu, s’il y a des client.e.s insatisfait.e.s, surtout qu’ellils viennent nous aider pour ouvrir le « vrai » supermarché !

Ce qui m’intéresserait bien, ce serait un bref retour d’expérience de Scopéli, car il me semble que nos coopains Nantais sont passés directement de la phase « projet » à la phase « supercoop » ? Leur « labo-marché » était bien à l’intérieur du grand local dans lequel ils ont fait leur coop tout de suite après ? @Scopeli ?

1 J'aime

Bonjour,
Ici (a Breizhicoop/Rennes) nous avons commence il y a deux ans dans un local de 270 m2 mis a disposition par la municipalite pour un loyer tres reduit, tout en sachant que nous serons obliges de quitter ce local fin 2022. Nous avons deja commence a rechercher des alternatives et -meme avec 2 ans d’avance et des resultats probants- nous avons du mal a trouver chaussure a notre pied car les surfaces qui nous interessent ne courrent pas les rues (rien dans le quartier ou nous sommes) et nous entrons en competition avec des commerces plus etablis qui offrent de meilleurs garanties aux bailleurs potentiels, et ce meme si on parle de prix de marche (la demande pour des surfaces de 300 a 1000 m2 est tres forte sur l’agglomeration rennaise). Commencer a prospecter des que possible nous a permis de comprendre qu’on ne pouvait pas compter sur la solution d’un loyer subventionne et de reprendre contact avec les elus locaux/la municipalite en cas de changement de cette situation.

1 J'aime

Bonjour,
C’est Jacky du Troglo à Tours.
Nous avons commencé le projet en avril 2019 (création de l’association).
Nous avons décidé de rechercher une surface comprise entre 800 et 1000 m² pour passer directement au stade supermarché.
Nous avons trouvé un local de 800 m² sur un site industriel qui est en reconversion.
Il s’agit de ce qu’on appelle un local précaire en attendant la concrétisation du projet de transformation de cette zone, à horizon 15 ans environ.
Il s’agit donc d’un précaire long, finalement assez semblable à un bail commercial en terme de durée.
Pour arriver à ce choix, la première chose que nous avons faite est d’établir un cahier des charges avec les critères fondamentaux de choix : emplacement pour desservir une large part de l’agglomération, surface, existence de parking, loyer correspondant à Notre modèle du couts bas, etc.
Le local retenu coche quasiment toutes les cases et a été validé en assemblée générale à 99 % par les adhérents.
Seule ombre au tableau : il s’agit d’un local assez vétuste qui va nécessiter sans doute des investissements plus importants que si on avait choisi un local commercial récent.
Mais avec l’avantage d’un loyer plus que modéré puisqu’il nous coûtera 35 € par m2 / an soit un loyer de l’ordre de 27 000 € annuels

1 J'aime

Sacrée affaire Jacky bien joué le Troglo ! Pour la réfection du local j’espère que vous pourrez bénéficier des nombreuses aides existantes… je m’intéresse un peu au sujet mais pour un projet d’habitat participatif donc je ne m’aventurerai pas à te tuyauter là-dessus !

Bonjour,
à Scopeli nous sommes parti directement sur un grand local, de 1200m2. La volonté des personnes à l’époque était de partir tout de suite sur un mode supermarché, pour éviter justement de se retrouver un peu coincé en mode épicerie. Nous sommes aujourd’hui en bail précaire avec Nantes Métropole (car situé sur une ZAC) ; les locaux se répartissent en 600m2 surface de vente, 200m2 stock, 150m2 environ bureaux/vestiaires et 250 m2 d’espace libre
Avec le recul, je dirai que cela a des avantages et inconvénients, comme souvent. Côté avantage, la grande surface ne nous limite pas, nous cherchons presque à combler les vides. On peut sans trop de problème ajouter des références, voir grand pour le vrac, faire des expositions, des temps de convivialité avec les coopérateur.rice.s, accueillir des producteurs ou des partenaires …

coté inconvénient, je dirai que c’est principalement la montée rapide des charges, et l’accélération sur le planning que cela implique. Pour couvrir l’ensemble des charges afférentes (loyer/assurance/chauffage/électricité), cela demande un chiffre d’affaire important, très rapidement. Ce qui oblige à courir, se concentrer sur les chiffres, et cela se fait au détriment d’une montée en cadence harmonieuse, qui prend le temps de s’organiser, d’intégrer, d’expliquer … On a finalement réussi à atteindre l’équilibre financier, tout en maintenant les dimensions humaines et démocratiques du projet, mais ça n’a pas été sans mal.

Au finale, aujourd’hui on a un beau et grand local, et les marges de manœuvres (financières, humaines) pour mener à bien de nouvelles idées, partenariats, animation du lieu … Le bilan d’un grand local direct est donc positif, ça implique néanmoins des contraintes importantes, énergivores, et qui demande beaucoup de motivation et d’huile de coude pour les relever. Mais bon, tous nos projets sont un peu fous après tout !

2 J'aimes

Super ! C’est top d’avoi eu cette opportunité rapidement ! Bon courage pour la suite et merci pour cette réponse :slight_smile:

Salut tout le monde,

Pour vous expliquer un peu l’historique de La Cagette et comment nous nous agrandissons depuis le début :
En 2015 nous avons crée une asso de préfiguration « Les Amis de La Cagette » puis nous avons organisé une distribution de panier par mois.
En 2016 nous avons emménagé dans un petit local de 70m² trouvé sur le bon coin et nous avons ouvert plusieurs aprem/soir par semaine en mode épicerie.
En septembre 2017 nous avons crée notre coop et nous avons emménagé dans une boutique de 400m² en rachetant le bail d’un spar qui était en liquidation judiciaire.
En 2020, l’espace dans notre magasin a commencé à manquer du coup nous avons loué un bureau de 75m² à l’extérieur. Enfin nous avons voté en AG le projet de chercher un nouveau local plus grand.

Depuis Octobre 2020, un comité Grand Magasin travaille assidument sur le projet :

Dernière Actu : nous avons identifié un local de 735m² à vendre pas trop loin de chez nous. Depuis nous travaillons sur ce scénario. Il faudrait qu’on soit capable de faire une offre très rapidement (mi avril) donc on ne regrette pas d’avoir commencé le travail préparatoire longtemps avant. La suite au prochain épisode.

Petit retour sur expérience :

  • Nous n’avons pas choisi de grossir pas à pas. Si une institution (Mairie, métropole…) nous avait proposé d’emblée de partir sur un grand magasin, nous aurions dit oui. Malheureusement ou Heureusement ça n’a pas été le cas.

Avantages : nous sommes totalement indépendant des institutions. Nous sommes peu endetté. La construction de La Cagette est une vraie épopée depuis le début avec des rebondissements, des prises de risques, des choix régulier. Je pense que ça nous a soudé avec nos sociétaires qui ont vu le projet se construire peu à peu, à la force du poignet !

Inconvénients : Nous avons toujours travaillé dans le stress et sans filet de sécurité. Nous avons des problèmes d’orga lié au manque de place depuis toujours. Nous n’avons jamais été sur de trouver un jour le local de nos rêves… il est possible qu’il n’existe pas !

2 J'aimes

Bonjour Antonin,
Ophélie de La Marcasserie à Charleville-Mézières (08)
Nous nous posons aussi des questions concernant un éventuel agrandissement et je voudrais savoir combien d’adhérents/coopérateurs vous aviez à La Cagette lorsque vous avez eu votre première épicerie, puis quand vous avez eu votre local de 400 m² et enfin aujourd’hui alors que vous envisagez de passer à 700 m².

1 J'aime