Diversification de l'activité


#1

Bonjour,

Je suis Coopérateur dans la Coopérative Demain Supermarché à Lyon. Nous sommes à la phase épicerie. Sur le plan économique, nous sommes dans notre premier “gros” bilan de l’activité (après 8 mois d’ouverture). Notre bila, sans être catastrophique, nous alerte un peu. Hormis, la “classique” discussion autour de la marge (16,67%, 18,70% et 20%), nous nous questionnons sur d’autre levier pour générer du CA.
Nous pensions notamment à faire du petit événementiel (Ciné-Débat Food Coop, buvette sur de l’événement, etc.). Est-ce que c’est des choses que vous avez expérimentez ? Est-ce que vous avez des bonnes pratiques ou des exemples à nous partager ?

Merci à vous,
Bonne intercoop en ligne à vous ce soir :slight_smile:


#2

Salut Antoine,

Effectivement, la tentation est grande de diversifier l’activité pour faire rentrer des sous.
C’est envisageable mais seulement à condition que les activités soient réservées aux coopérateur.ice.s.

Le raisonnement est expliqué sur cette page :
https://wiki.supermarches-cooperatifs.fr/doku.php?id=thematiques:le_cadre_juridique_du_benevolat

Il est noté au point 1/ “Seul.e.s les coopérateur.ice.s ont le droit de faire leurs courses dans nos magasins”. En réalité, il faut lire : Seul.e.s les coopérateur.ice.s ont le droit de bénéficier des services produits par la coopérative.

C’est bien dommage mais cela permet tout de même d’organiser des évênements réservés aux membres.
A la Cagette nous avions surtout pensé à vendre des marchandises à des asso Montpelliéraine qui organisaient des évênements mais nous ne l’avons pas fait pour cette même raison.


#3

Pardon ça n’a rien à voir avec ton sujet mais vous avez trois taux de marge différents ? Pour info à la Cagette on a augmenté de 3% le taux de marge unique après un an d’exercice pour ne pas boire la tasse, on est donc à 23% sur tout le magasin (mais sans “prémarge frais”). À la Mirebelle je compte proposer 21% dont 1% réservé au cofinancement de projets partenaires (prêt à taux zéro pour équipement de nos producteurs, cofinancement de café associatif, tutti quanti), PLUS une prémarge sur le frais.


#4

Bonjour Julien,
Pour l’instant nous avons une marge unique de 20% (sur le modèle TM = (PV-PA)/PV donc TM = (12-10)/12 = 16,67%), sur l’ensemble du magasin (hormis 5 ou 6 références de vin pour ne pas vendre en-dessous du prix domaine).
Nous sommes en pleine discussion au sein collectif et étions surement un peu dans la confusion sur notre postulat de départ, car la question et surtout la réponse n’était pas clair pour une partie des “décideurs/moteurs” du projet. Nous allons donc dans les semaines qui viennent plonger dans ce questionnement mieux armé sur le sujet et aussi au regard de nos résultats d’activité.
Super intéressante l’idée d’un % de prêt à taux zéro et de cofinancement !
Je pense que c’est assez similaire à ce que vous avez pu connaitre à la Cagette ? :slight_smile:


#5

Bah non justement on l’a jamais fait malgré l’envie… plus tu avances plus c’est difficile de proposer des choix un peu originaux ! Tu fais bien de repréciser la formule du calcul du taux de marque, c’est ton calcul qui est le bon mais très souvent on le fait dans l’autre sens, donc à partir du coef (que de meilleur.e.s phynancier.e.s me corrigent mais j’ai l’impression que parler d’une “marge de 20%” quand on applique un coefficient multiplicateur de marque de 1,2 est une notable erreur).


#6
Je pense que c’est assez similaire à ce que vous avez pu connaitre à la Cagette ? :slight_smile:

je pensai au changement de taux à 23% :slight_smile:

Yes. c’est notre confusion de départ… de parler d’une “marge de 20%” quand on applique un coefficient multiplicateur de marque de 1,2 est une notable erreur. On essaye de corriger ça pour se donner de l’air financièrement :slight_smile:


#7

À Rennes, nous commençons à nous poser une question similaire, mais sur un profil légèrement différent. Nous en sommes encore à la phase 0 de la réflexion, mais je voulais ouvrir une discussion sur le sujet.

La question est, dans notre cas :
l’extension du projet de l’épicerie actuelle signifie-t-elle devenir “simplement” un supermarché (plus de surface de vente, d’approvisionnement, de stock, bon c’est pas simple :smiley: ) ou signifie-t-elle aussi une diversification des activités (création d’un petit atelier de production, développement d’un jardin coopératif, d’un espace culturel) ?

D’autres coopératives se sont-elles déjà posées cette question?