Droit de grève

Salut,

Ça fait plusieurs fois, à La Cagette que les salarié.e.s soutiennent les mouvements sociaux mais ont du mal à se positionner : va t’on faire grève ou non ?

Je vous écris donc ce petit post pour partager notre réflexion et pour avoir vos avis !

D’abord, premier point informatif sur les infos que nous avons trouvée sur le droit de grève.

Il est possible de se mettre en grève, dans n’importe quelle entreprise, sur décision individuelle, sans préavis, sur une durée que vous pouvez choisir : par exemple, juste pendant la durée de la manif. Votre employeur est alors tenu de vous payer au pro-rata de votre présence. L’employeur peut même décider de vous payer pendant votre grève !

Tout est expliqué sur cette page du gouvernement (A lire et à diffuser) : Droit de grève d'un salarié du secteur privé | Service-public.fr

Le problème, c’est que tant que nous ne sommes pas syndiqués, notre grève n’est décomptée par personne. Alors pourquoi faire grève ?

Nous pourrions fermer la boutique, pour faire savoir que nous sommes en grève, mais les finances de nos coops n’ont pas besoin de ça et nous ne voyons pas pourquoi nous devrions « embêter » nos membres qui n’y sont pour rien.

Il faudrait donc que nous nous syndiquions pour que notre grève soit comptabilisée.
Hors, dans nos petites coopératives comme dans toutes les TPE, il n’est pas évident de se syndiquer:

  • Nos métiers sont atypiques et nous n’avons pas trouvé de branche syndicale correspondante. Par conséquent, s’affilier à un syndicat n’est pas une évidence. Lequel choisir ? Quelle branche ? Est ce possible ?

Je serais ok pour adhérer à Sud, mais je ne sais même pas si c’est possible d’adhérer directement à la centrale ?
Si certain.e d’entre vous ont des conseils…

Enfin j’en profite pour vous motiver à aller à la manif ! Le premier jour d’une grève est le plus important. 70% des français sont opposés à la réforme, tous les partis/syndicats sont alignés. C’est le moment de faire reculer le gouvernement, comme en 1995 ! Il suffit de faire changer d’avis quelques parlementaire girouettes de droites et paf, la réforme ne passe pas, le gouvernement tombe et on refait des législatives vers un nouvel âge socialo-écologique : beau programme non ?

2 « J'aime »

Héhé je me souviens les fois où on bossait gratuit à la Cagette avec le brassard « en grève » ! Y’avait trop d’urgences fallait qu’on soit là, mais on choisissait de ne pas être payé.e.s, rétrospectivement je me demande un peu pourquoi… oui le droit de grève est inaliénable, donc exerçons-le en tant que salarié.e.s, mais en même temps on se sent des responsabilités envers les entreprises qu’on a créées, c’est pour ça que je me demande sincèrement moi aussi, en termes de syndicalisation, s’il faut qu’on s’adresse ici ou !

1 « J'aime »

Suite à une bonne discussion avec une personne de Sud Solidaire Commerce, j’ai appris de nouvelles choses :

  • les syndicats font des statistiques sur les pourcentages de grévistes dans les grandes entreprises ou dans la fonction publique. Par contre, ils ne font aucun décompte dans les TPE / PME (même si on est syndiqué).
  • se déclarer gréviste auprès se son employeur sert essentiellement à se prémunir d’une sanction pour absence injustifiée.
  • Le plus efficace pour soutenir un mouvement social reste de manifester, de communiquer et de bloquer le fonctionnement de l’entreprise, mais en aucun cas d’être comptabilisé comme gréviste.
  • La DARES fait parfois des statistiques sur le nombre de gréviste déclarés mais à posteriori (des mois ou années plus tard).
3 « J'aime »

En plus votre raisonnement est surtout pour des salariés mais pour des coop qui ne contiennent que des coopérateurs la grève ne va pas de soit, il n’y a pas de grève dans le bénévolat. Nous dans notre structure de 250 coops on est ouverts que de 16h30 à 19h15 les mardis et jeudis jours de manif donc la manif ayant lieu au Havre le matin à 9h30-10h, ce n’est pas utile de fermer. Par contre, on pourrait rappeler et soutenir le combat des grévistes qui autre fois ont permis aux anciens d’avoir du temps en plus à la retraite pour faire d’autres activités libres et bénévoles comme monter des coopératives!!! :wink:

2 « J'aime »

Bonjour tout le monde,

Les mêmes questions se sont posées à La Source la semaine dernière (je suis la seule salariée). Perso, j’ai fait grève et comme je suis sympa je les ai prévenu (voir image en pj). Je doute que mes employeurs me retiennent une journée de salaire parce qu’ils sont décents, qu’on était en manif ensemble en partie et qu’il y a souvent une différence entre le droit et la justice… Et puis on est dans des coopératives qui visent à inventer un monde plus juste et tout et tout alors commençons à l’intérieur peut-être…

Sur la comptabilisation des grévistes : c’est un exercice sujet à débat dans toutes les professions. Exemple pour l’éducation nationale dont les personnels sont tenus de se déclarer grévistes au moins 48h à l’avance : tu peux compter le nombre de personnes déclarées grévistes, le nombre de personnes dont une journée de salaire a été retenue ou encore compter le nombre de cours programmés qui n’ont pas eu lieu. Le tout est souvent pondéré par des panels sensés être représentatifs de la diversité des établissements français.
Alors forcément, vu que l’écrasante majorité des travailleurs n’a pas l’obligation d’informer son employeur, c’est encore plus sujet à débat. D’autant qu’il est interdit d’écrire sur un bulletin de salaire une retenue pour « grève ». Même si tu es syndiqué, si tu n’informes pas ta section, personne ne le sait.

Complètement d’accord sur le fait que manifester est plus visible que la grève en soi parce qu’on n’est pas cheminots ou raffineurs. Cela dit, même si on a tou.te.s cette schizophrénie entre nos statuts de salariés et de dirigeants / responsables / fondateurs / militants / sociétaires… nous ne sommes pas égaux aux bénévoles en droits et nos contrats de travail nous protègent. Le salariat est caractérisé par un lien de subordination à l’employeur, le versement d’un salaire et le financement de droits sociaux. Les bénévoles ne peuvent donc pas être grévistes puisqu’ils engagent librement et gratuitement leur temps personnel. Admettre qu’ils sont obligés d’être là et/ou subordonnés à autrui ou interchangeables avec un salarié… revient à qualifier du travail déguisé.

A retenir en toutes circonstances :
• les salariés des coopératives sont protégés par leur contrat de travail dès lors qu’ils sont rémunérés pour des missions techniques et non en tant que dirigeants, même s’ils font partie des instances dirigeantes et quel que soit le statut exact de la structure (SCOP, SCIC, Asso, Coop loi de 47). Ils relèvent donc des syndicats de salariés et non des syndicats patronaux (= pas le medef !).
• Attention à vos conventions collectives : souvent, les CCN du commerce nous sont appliquées par défaut par les organismes sociaux (IDCC 2216 ou 1505) alors qu’elles excluent explicitement les coopératives de consommateurs de leur champs d’application. La seule CCN applicable à mon sens est l’IDCC 3205.

Sur le choix du syndicat et de la section, vaste question, ça dépend de ce que tu veux faire, de tes statuts, de là où tu te trouves, du nombre de salariés, de ta convention collective… Il n’y a pas, à ma connaissance, de section syndicale spécifique au coopératives de consommateurs. Du coup, la logique quand la branche n’est pas évidente, c’est :
• de choisir le syndicat local de ton choix (ex pour moi : UL CGT Paris 20 ou Sud Paris 20, idem pour la CFDT ou autres).
• Ensuite, les sections locales doivent normalement identifier le syndicat professionnel auquel te rattacher. D’après un camarade de la CGT, les « isolés » comme nous sont une source de financement importante pour les syndicats locaux, ils ne sont pas toujours très prompts à rattacher.
• J’ai discuté hier avec le représentant de Sud Commerce de chez moi, il confirme qu’on serait rattachés à la fédé dans un premier temps mais ça a peu d’intérêt en termes d’information et de soutien syndical car non spécialisé donc ce n’est pas le but sur le long terme. Nous avons envisagé plusieurs options : les travailleurs des Biocoop ont une section CGT spécifique, chez Sud, le syndicat Asso traite des problématiques proches des nôtres bien que nos statuts sont un cas à part et a un maillage territorial plus important que Sud Commerce.
• Il m’a proposé de lui envoyer la liste des personnes intéressées avec pour chacun.e, la ville, le nom et le siren des sociétés pour voir avec ses camarades comment traiter notre cas. Je serais ravie de me renseigner pour nous tou.te.s si vous voulez.

Bon courage à vous tou.te.s !!
Ouessale
Capture d’écran du 2023-01-24 13-09-56|690x351

3 « J'aime »

Salut,
Merci pour toutes ces infos.
Je n’en ai pas encore parlé à mes collègues, mais personnellement ça m’intéresse.
Voilà mes infos :
Antonin Molino - La Cagette de Montpellier, siren 829951847
Nous sommes 7 salarié.e.s en CDI

A +