Financements publics


#1

Hello,
Quels soutien de vos collectivités avez-vous reçu et par quels services ?
Nous sommes en recherche de notre côté et nos financeurs publics locaux ont besoin de savoir dans quelles cases nous mettre…
merci pour vos retours.


#2

Salut,
Pour nous à Rennes nous avons été assez chanceux, car la mairie nous a beaucoup aidé.

  • Mise à disposition d’un local à prix très réduit (1/10 du prix du marché), mais il s’agit d’un bail précaire, le local sera démoli dans 4 ans, ce qui nous laisse quand même le temps de faire nos preuves.
  • 50 000 euros de financement de la ville et la direction de quartier pour mettre aux normes ERP le local et pour investir dans du matériel (un meuble vrac)
  • 10 000 euros de subvention pour besoin immatériel de la métropole (maitre d’oeuvre, avocat, formation)

#3

Pour nous, Toulouse… euh, moins que Rennes (ou Lille). C’est clair que la politique de la ville a un impact sur nos projets !
On a gagné une subvention d’un assureur (militant)
La mairie nous a fait un bail précaire dans un quartier qui sera rasé sous peu
… on s’inscrit dans un appel à projet fédérant des acteurs de l’ESS


#4

Salut,

Après une longue traversée du désert, on a réussi à attraper une belle subvention d’investissement auprès de la Région Occitanie (29 000€). De mémoire, la région a la compétence “Développement économique” et donc elle peut aider les entreprises dans l’investissement et le fonctionnement.
@olivierbarrier_lcc, pour notre région c’est le dispositif ESSOR.

Cela dit, nous avons obtenu cette subvention longtemps après avoir bouclé notre tour de table et avoir ouvert notre magasin . ça n’a été que la cerise sur le gâteau et ça n’était pas vital pour la réussite de la Cagette.

La coop s’est donc montée sans jamais être dépendante de financements publics et on en est très fier. Le chemin a été, au départ, un peu plus laborieux que si nous avions eu des aides publiques mais aujourd’hui c’est plus confortable puisque nous sommes totalement maître de notre barque (mis à part les 120 000€ d’emprunts bancaires… héhé).

Nous louons notre local dans le privé (4000€/mois HT + 300€/mois de location de salles à l’extérieur pour réunions/AG…).

Bonne journée,


#5

10 000 à Nantes pour Scopéli su rune ligne ESS mais c’est pas nous qui avons demandé… on n’essaie de faire sans soutien public !!
Par contre facilitation sur bail précaire pour batiment de 1200m2 avec loyer progressif et loyer final /2 par rapport au marché, par contre travaux à faire 200 000 euros (emprunt)


#6

A Grenoble, aucun financement public depuis le lancement de l’activité commerciale en septembre 2017. C’est une ligne de conduite : notre (totale) indépendance financière. J’espère que notre radicalité ne vous surprendra pas :wink:
Dans la phase de lancement (2016-2017), une subvention de 2500 € de la métropole fléchée sur une campagne de communication pour recruter de nouveaux membres, et deux subventions non-fléchées de respectivement 2500 € (métropole) et 2000 € (département).

Notre local est loué dans le parc privé : bail commercial 3/6/9, négocié avec le propriétaire.


#7

J’aime l’aspect “indépendance finançière”, du coup quel a été votre capital de départ et comment l’avez vous constitué? Uniquement à partir des Parts sociales des coopérateurs? Combien?
Nous sommes en train de créer la structure qui permettra de transformer les adhérents de notre association (un peu plus de 400 à ce jour) en coopérateurs. Nous pourrons alors mesurer le taux de conversion effectif et espérons que cela nous permettra de constituer un capital pour prendre un local (100 à 300m2) en location et débuter l’activité. Cela vous parait-il farfelu?
J’aimerai avoir un contact avec vous pour en discuter éventuellement…
Merci


#8

Salut Rodolphe,
Nous n’avons aucun capital de départ au sens de parts coopératives car nous sommes toujours une association. Une campagne de crowdfunding (10000 €) et un prêt à taux 0 par le relais local de France Active (15000 €, remboursables sur 2 ans avec décalage d’un an), au lancement de l’épicerie (180 m²), et nos réserves associatives (issues des adhésions).
A l’automne 2018, c’est le produit de notre activité et les recettes des adhésions qui nous ont permis de faire grandir le magasin (aujourd’hui 350 m² avec un sous-sol pour le stockage).
Tout cela sans jamais avoir été déficitaires. On en discute évidemment, si tu le souhaites. Tu peux me contacter via comptabilite@lelefan.org