RENCONTRE des COOPERATIVES ALIMENTAIRES AUTOGEREES

Le modèle des Coop « autogérées » qui ne pratiquent pas de marges et qui fonctionnent de ce fait que par la volonté des coopérateurs (St-Denis, Villers-Cotterêts, Amiens, Laon, Sète,… ainsi que plus de 130 épiceries associatives de villages et villes qui fonctionnent également sans marge et sans salarié-e-s) organisent une rencontre nationale à Villers-Cotterêts le samedi 11 juin.
Si vous êtes curieux !..
En toute amitié
jean-Claude Richard - Les DIONY COOP de St-Denis (93).

2 « J'aime »

Quand vous dites que vous fonctionnez sans marge ça me questionne, vous n’avez pas de frais d’infrastructure de l’épicerie ?

Vous n’avez pas de loyer à payer ?
Vous n’avez pas de réfrigérateur à acheter puis de l’électricité à payer ?
Vous n’avez pas de produits de nettoyage ou autres consommable à la bonne gestion de l’épicerie ?

Bonjour Martouf,
Bien entendu, nous avons tous des coûts de fonctionnement. A St-Denis, nous avons 1.187€ de loyer/mois et les frais classiques : EDF, Eau, produits de nettoyage, Assurances. Ces frais de fonctionnement sont financés par une participation de chaque coopérateur à hauteur de 20€/an à l’inscription et 30€/an la seconde année.
Pour le matériel, nous avons fonctionné par appel à participation. Soit l’objet est nécessaire et les coopérateurs financent en fonction de leurs moyens, soit l’objet n’est pas nécessaire et le financement ne se fait pas !
La question la plus importante est, à l’ouverture du magasin, de vouloir faire simple plutôt que de vouloir faire compliqué !
A St-Denis, depuis 2015, nous avons ouvert trois boutiques pour couvrir la ville, 800 coopérateurs, 900/1000 produits en rayons et nous avons fait 460 000€ de CA en 2021.
J’ai écrit un livre sur le modèle et je termine actuellement un autre livre qui présentera les différents modèles.
Toutes mes amitiés coopératives.
Jean-Claude Richard

3 « J'aime »

Merci beaucoup pour votre réponse passionnante.
Donc je comprends, le principe.
C’est vrai que dans notre épicerie participative nous n’avons pas de cotisation. Le financement de base c’est fait avec l’achat d’une part sociale de la coopérative par les coopérateurs et puis la marge (entre 10% et 20%) sert à assurer les frais, mais aussi à financer des nouveaux projets.

Notamment cet hivers nous avons planté une forêt jardin, donc d’ici 3 ans nous aurons les premiers fruits basse tiges et d’ici 15 ans les fruits hautes tiges.

Il y a aussi des idées de créer un terrain de maraichage, comme l’a fait une autre coopérative voisine.

Ainsi nous renforçons notre approvisionnement de base.

J’ai trouvé une référence à votre livre par ici…

Je ne connaissais pas. Mais ça a l’air très inspirant.
Bonne journée