Ensachage : retour d'expérience des Coops ?


#1

Bonjour,
A la Chouette Coop, nous sommes en train d’essayer de mettre à plat nos process concernant l’ensachage.
Il s’agit pour nous d’acheter en grand contenant et vendre en sachet de taille beaucoup plus petite. Par exemple, on souhaite acheter des fruits secs par 10 ou 25 kg, et revendre par 200 g.
Nous ne proposons pour le moment pas de vrac car notre local ne le permet pas faute de place (entre autre).

Nous aimerions connaître les expériences des différentes coop qui ensachent :
Quels produits?
Quel type de sachet (pour quel produit)?
Quelles informations à reporter sur l’étiquette du sachet? (le minimum légal ou plus d’infos ? )
Avez-vous plutôt opté pour des sachets de poids standard ? ou des sachets dont le poids (et par conséquence le prix) sont variables ? (=> sachet à poids minimum garanti et prix fixe ou vente du poids exact dans le sachet)
Quelles normes d’hygiène à respecter lors de l’ensachage?
Quelles conséquences sur le process d’inventaire?
En termes juridique, avons-nous besoin d’une certification pour faire de l’ensachage ? et pour de l’ensachage de produit bio ?

Merci beaucoup pour votre retour. Chouettement votre,
Fabrice


#3

Bonjour,

Salut Fabrice et les chouettos ! Pardon je réponds fort tard à un tas de posts mais je viens seulemetn de récupérer un mdp (merci Yannick…), j’espère que ça sera utile à qqn.

A la Chouette Coop, nous sommes en train d’essayer de mettre à plat nos process concernant l’ensachage.

Noble ambition !

Il s’agit pour nous d’acheter en grand contenant et vendre en sachet de taille beaucoup plus petite. Par exemple, on souhaite acheter des fruits secs par 10 ou 25 kg, et revendre par 200 g.

Normal. Même avec des silos ou des bacs à pelle, le fait de proposer des produits prépesés a un réel impact sur les ventes.

Nous ne proposons pour le moment pas de vrac car notre local ne le permet pas faute de place (entre autre).

Nous aimerions connaître les expériences des différentes coop qui ensachent :
Quels produits?

Je teste voir si ça se lit…

Quel type de sachet (pour quel produit)?

1kg fruits standard, 2kg fruits standard (les sacs kraft les moins chers), sacs SOS/3 repas (les gros sacs kraft genre grocery), sacs plastiques transparents réutilisables 50 microns (puisque les sacs plastique standard sont comme chacun.e le sait interdits depuis 2016), avec les poudres type farine sucre ou bica dans les sachets transparents de préférence, qu’on voie ce que c’est dedans !

Quelles informations à reporter sur l’étiquette du sachet? (le minimum légal ou plus d’infos ? )

Jusqu’ici on n’étiquetait pas, on marquait au stylo whiteboard le nom complet du produit et le grammage contenu dans le sac, je pense que c’est dans les clous niveau réglementation ; là on a des imprimantes à code-barres qui vont nous permettre de passer directement le poids des produits en caisse. Ce qui manque toujours c’est les affichages sur les allergènes, du type “la farine contient du gluten”.

Avez-vous plutôt opté pour des sachets de poids standard ? ou des sachets dont le poids (et par conséquence le prix) sont variables ? (=> sachet à poids minimum garanti et prix fixe ou vente du poids exact dans le sachet)

On laisse les bénévoles qui font la pesée choisir ! Après c’est sûr que c’est plus simple le passage en caisse avec des sachets de 1kg quand le produit est vendu au kilo…

Quelles normes d’hygiène à respecter lors de l’ensachage?

On lave ses mains et les pelles avant.

Quelles conséquences sur le process d’inventaire?

Presque aucune puisqu’a priori le poids est marqué sur les sachets prépesés ! Ce sont les silos qui sont emm… bêtants à compter.

En termes juridique, avons-nous besoin d’une certification pour faire de l’ensachage ? et pour de l’ensachage de produit bio ?

Je suis presque sûr que non pour les deux questions, avec un léger doute sur les histoires de contamination pour les produits bio. Tu veux que je pose la question à notre expert de la DDPP ?

Salutti ! Julien


#4

ALARMA je l’ai posée, la question, et il faut obligatoirement faire une notification à l’agence Bio dès qu’on vend quoi que ce soit de bio, et se soumettre à un contrôle dans la plupart des cas (notamment si on fait de la “transformation”, ce terme incluant la pesée en sachet, et la vente de vrac, y compris les FL, pour plus de 10000€ HT par an). Je suis en train de me faire caguer à obtenir et imprimer 12000 certificats pour nos 50000 producteurs… donc pardon d’avoir dit des bêtises ! J.