Interview : Questions à Julien Guillaume-Schmitt


#1

Salut à tou·te·s,

Vous êtes sur le point d’écouter l’interview de Julien Guillaume Schmitt, le plus ancien salarié de La Cagette de Montpellier et un de ses membres fondateurs. Il nous quitte le 7 mars 2020 après 5 ans de lutte et de travail acharné. Nous n’avons jamais personnifié la communication à La Cagette mais pour son départ, il nous a semblé important de lui donner la parole simplement et complètement. Les réponses de Julien son personnelles et ne sauraient engager le reste de notre communauté ou la personnalité morale de La Cagette de Montpellier.

Les questions que nous lui avons posé sont le résultat d’un sondage auprès des coopératrices et coopérateurs les plus actif·ve·s.

Conception et présentation par Elie Daviron
Questions dites par Sarah Lucide
Enregistré au studio Tomato Sound Factory par Romain Dupont et Frédéric Maury le 5 février 2020.
Conception graphique Charles Godron

Cet enregistrement est divisé en 8 parties, voici la première.

Installez-vous confortablement,

Bonne écoute à toutes et à tous.

Nota : pour une bonne lecture des titres choisir HD 1080p (petite roue en bas à droite de la video)


#2

Cette première partie de cet interview est très intéressante mais je suis surprise qu’un supermarché coopératif qui prône une alimentation saine accepte de vendre des tomates hors saison ! sachant en plus qu’elles sont cultivées sous serre ! tout comme les steaks hachés. La raison invoquée est que cela doit plaire au plus grand nombre ne me satisfait pas du tout car finalement quelle est la différence entre un supermarché normal et la cagette ? Juste le prix et le fonctionnement ? Peut-être que vous raisonnez comme ça parce que vous êtes installé dans une grande ville comme Montpellier ? Mais tout de même…
Nous nous en sommes qu’aux prémices à La Rochelle avec les amis de Ma-coop mais si notre futur supermarché prenait ce chemin c’est sûr que je n’adhérerai pas à ce projet. Ce n’est que mon avis personnel


#3

C’est intéressant comme remarque car je pense que c’est un débat qui a lieu au niveau de l’appro dans tout les projets de supermarchés coopératifs.
Dans le reportage sur super cafoutch à Marseille, il en parle à 13min00 (https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/emissions/qui-sommes-nous-2/marseille-bienvenue-super-cafoutch-documentaire-supermarche-pas-autres-1768317.htm)
L’un des arguments pour proposer ces produits en rayon, c’est le fait de rechercher à être inclusif et à ne pas exclure dès le départ du projet certains groupes qui n’auraient pas les même habitude en terme d’achat.
Après c’est un débat à mener localement dans chaque projet. Le choix que j’ai souvent vu c’est de proposer du conventionnel et du non conventionnel pour chaque produit et de laisser les adhérents choisir lors de l’achat.