Phases de développement de la coopérative d'achat


#1

Bonjour, je représente la coopérative d’achat ALPAR situé à Annecy. Nous venons de démarrer notre projet et réfléchissons sur l’utilité des différentes phases de développement à envisager avant l’ouverture d’un supermarché, et nous souhaitons savoir quels ont étés les phases de développement des autres coop. Actuellement, nous envisageons un groupement d’achat, où l’on se réunirais toutes les 2 semaines pour distribuer les commandes des membres, et/ou une superette, avec quelques équipements lourd et un espace de vente dédié, avant d’ouvrir le supermarché.
J’aimerai avoir votre retour d’expérience sur ces étapes dans le développement de votre coopérative d’achat.
Merci d’avance pour vos messages.


#2

Bonjour et bienvenue !

Nous avons parfois pris des solutions différentes je vais t’exposer la philosophie de Bordeaux (supercoop) nous avons adopté une stratégie de petits pas, avec un début associatif qui a permis de faire des commandes groupées distribuées hebdomadairement pour aboutir sur ce qu’on appelle “le labo” une mini boutique toujours dans le local associatif.

Le troisième petit pas qui n’est pas si petit puisque c’est la fondation de la coop et la création d’une epicerie ecole pour commencer a mettre nos process en place, tisser les liens avec les fournisseurs etc… et accessoirement se faire connaitre puisque sans cooperateurs pas de supermarché.

Et enfin le dernier pas ce sera le supermarché.

On peu faire moins, on peu faire plus, on peu faire différent, mais voilà ce qu’on a choisi.


#3

Bonjour David, merci pour ta réponse. Cela ne manquera pas de nous aider dans le choix de développement de notre projet. Belles fêtes de fin d’année,et le meilleurs pour l’année prochaine !


#4

Bonjour Ludovic,
À Toulouse, nous avons démarré avec un groupement d’achats et distri mensuelle pendant 1 an (12/2016 à12/2016). En janvier nous ouvrons notre Lab comme Supercoop dans notre local les vendredis PM et samedi AM. Nous équipons notre local de façon plus pérenne ( grâce au crowdfunding réussi) et mettons en place la coopération. Tous les Chouettos faisant des achats s’inscrivent sur le planning à raison d’un service de 3h tous les … (Nous ne savons pas vraiment, cela se fera de façon pragmatique au fur et à mesure des inscriptions. …) Nous envisageons pour lors de rester dans notre local jusqu’à l’ouverture du supermarché.
Bonne réflexion. …


#5

Bonjour à toutes et à tous,
Sur Nice, nous démarrons seulement, nous en sommes à la création de l’association.
Près de Nice, à Grasse, nous avons visité la centrale d’achat de La Meute.
A cette occasion nous avons établi un Compte-rendu de visite qui décrit leur organisation.
Voici le lien sur ce compte-rendu :
[Lien vers le CR Visite à la Meute Grasse]
Ils ont dans un second temps loué un local. Ils ont un site qui permet aux adhérents de passer leurs commandes, (voir paragraphe Process de commandes).
Leur choix dans un premier temps a été de se concentrer sur l’approvisionnement de légumes frais en circuits courts qu’ils délivrent aux adhérents sous forme de paniers que les adhérents viennent chercher dans le local, le jeudi et le samedi.
Perso, je trouve que c’est une bonne organisation pour démarrer. Pas de stock, uniquement produits frais, autofinancement,…
A bientôt,
Robert_NICECOOP


#6

Salut !
Le panier est quelques chose de pratique a vendre car ça fait des unités bien pratique, mais je suis philosophiquement et personnellement assez opposé au principe.

Un panier est source de gaspillage : oui c’est bien d’amener les gens a cuisiner dont il n’ont pas l’habitude, mais il faut être très attentif pour arriver a tout consommer, du coup une partie fini souvent la ou on veut pas.

Personnellement je vis seul, un panier est disproportionné pour ma consommation.

Ensuite dans la dimension sociale doit on exclure d’une distribution quelqu’un qu’a une fin de mois difficile en lui interdisant l’accès au produits avec un panier forfaitaire a XX€ alors qu’il pourrait juste modérer sa consommation ?

Après c’est qu’un avis très personnel, et je conçoit qu’on puisse être contraint a la simplicité au départ, mais ça me semble être la différence essentielle entre une coop et une amap.

(Après je jette pas la pierre faut bien commencer par un bout aussi imparfait soit-il)


#7

Bonjour David,
Le terme de panier dans le cas de La Meute à Grasse est le résultat de la commande d’un adhérent par l’intermédiaire d’un site en ligne de passation de commande sur la base d’un catalogue de 350 produits.
Le panier de La Meute à Grasse n’est pas source de gaspillage.
Si tu veux commander 500 grammes d’oignons, tu les retrouveras dans ton panier, si tu veux commander 800 grammes d’oignons, tu les retrouveras dans ton panier.
Ce n’est pas un panier d’AMAP, c’est un panier dont tu décides du contenu toutes les semaines en fonction des prix et de la disponibilité des produits.
A bientôt David