Vrac... oui mais quel est le contexte


#1

L’Ademe a réalisé une étude sur le vrac qui date un peu (novembre 2012). L’analyse me semble toujours d’actualité, ce qui m’amène à vous inviter à en faire une lecture critique.
Vous trouverez donc ci-jointe cette étude 86337_etude-vrac-12-2012.pdf (5,2 Mo)


Je vous en propose la lecture suivante (et vous invite à enrichir / critiquer / commenter mes remarques) :

Avant les années 1960, tout était distribué en vrac, l’emballage et le suremballage sont des phénomènes récents [p5 et 9]

Les impacts du vrac en terme d’environnement et de pouvoir d’achat sont encore à documenter et analyser [p6]

La sécurité sanitaire semble peu mise en question par la vente en vrac (« malgré » l’absence d’emballage). Le rapport mentionne des risques sur les « produits alimentaires frais » (yaourt, lat) et les cosmétiques à forte teneur en eau (crèmes) [p7], [p37]

On distingue l’emballage primaire, secondaire et tertiaire. La vente en vrac n’a pas à priori d’impact sur l’emballage tertiaire (transport) [p12]. Pour que la distribution en vrac soit « vertueuse » d’un point de vue écologique (réduction des emballages) il faut aussi travailler sur les circuits d’achat : gros conteneurs, conteneurs réutilisables, … Un travail qui peut être envisagé comme un processus à mener sur du long terme. Les fournisseurs sont à interroger sur la réduction des emballages « primaires ».

Le vrac n’a pas disparu dans les pays qui ne sont pas saturés par les supermarchés et les hypermarchés (ex : Chine, Italie) [p13]. A l’inverse, on peut imaginer l’enjeu et la difficulté qui consiste à réintroduire le vrac en France.

En 2009, la réduction des emballages était la seconde priorité des Européens [p15]

La marque Clenat mise en évidence dans le rapport (novembre 2012) comme fournisseur historique de produits en vrac… ne semble plus commercialiser que des produits emballés ! [p17]. L’environnement a changé !

Il existe deux types de bacs : FIFO et LIFO. Classiquement, un bac est une chaîne de distribution LIFO (Last in first out) : ce qui a été mis en dernier et ce qui est pris en premier. Le fonctionnement LIFO pose plus de problèmes car ce qui est au fond reste au fond. [p19] Personnellement je n’ai jamais vu de bac FIFO en boutique.

Le terme métier à utiliser pour les « distributeurs » est celui de « Trémie » [p19]. Il est recommandé d’utiliser des trémies sans Bisphénol A !

Aménagement & ergonomie : le bec de la trémie ne doit pas être au-dessus de l’épaule du consommateur [p19]

Vide juridique concernant le vrac [p21]. « Concrètement, une affichette doit être placée à proximité du produit en vrac et mentionner la dénomination de vente, l’état physique du produit et le prix de vente ». Bon, ça va au niveau obligation réglementaire. Mais la situation a-t’elle évolué depuis novembre 2012 ?

La vente de cosmétique en vrac suppose que le vendeur ait un dipolme bac+3 [p22]

L’impact écologique du vrac n’a pas bénéficié d’études longitudinales suffisantes mais il existe des études sur plusieurs critères. Ces critères sont autant de pistes à prendre en compte dans la perspective d’une transition vers le zéro déchets [p26].

La démarque inconnue est de 1,37 % du CA du secteur [p28]. Un chiffre iuntéressant pour nos coops !

Dans le cas du vrac, la démarque inconnue correspond principalement au vol et serait « énorme » [p28]. Elle pourrait être entre 2 %… et 40 % !

Le vrac ne générerait pas plus de perte que les produits emballés dans la gestion de rayons [p29]

La vente en vrac n’aurait pas d’impact sur la contamination par des mites alimentaires [p31] !

Il faut compter un employé pour 140 bacs de vrac [p32]

Le succès d’un rayon vrac est conditionné par son aspect et sa propreté [p32]

Bien que l’emballage ne représente que 5 à 20 % du coût des produits, les produits en vrac sont proposés 10 à 30 % moins cher que les produits emballés… alors qu’il faut ajouter les coûts liés à la distribution du vrac (conteneurs, manutention, perte) [p33]

Pas de position des organismes sanitaires au regard du vrac au moment de la publication de l’étude (novembre 2012) [p34]

Le rayon vrac doit être nettoyé plusieurs fois par jour (pour des aspects de présentation) [p37]

Botanic a réalisé un protocole de gestion de rayon vrac qui est présenté dans l’étude [p38]

Vendre en vrac c’est priver les marques d’un outil de marketing pour influencer les acheteurs (couleur des paquets, …). Ne serait-ce pas une opportunité pour nos coops qui envisagent par ailleurs de se réapproprier la responsabilité d’informer le consommateur sur ce qu’ils achètent – et ne pas laisser cette responsabilité aux marques ? [p43]


#2

Une autre lecture intéressante : celle d’un document proposé par Vrac Coop. Cf http://vracoop.fr/wp-content/uploads/2017/01/Livre-blanc-Gérer-un-espace-de-distribution-vrac-en-2017.pdf


Je partage mes notes de lecture :

Pour situer, c’est un document produit par un acteur du marché, engagé dans le vrac, qui propose une solution de logiciel de caisse pour les boutiques 100 % vrac (et bio).

RéseauVrac : l’adhésion coûte 120€ /an mais… qu’apporte cette adhésion au-delà de la représentation de la filière et d’une opportunité en terme de marketing [p7]

Pour une surface de 50 à 80m2 et 4m de vitrine et une réserve, investissement constaté de 70k€ tout compris hors droit au bail éventuel [14] – note information non sourcée
Selon l’étude vrac Ademe 2016 [p15]
Pour un commerce vrac de 60 m², occupant 1,5 personnes à temps plein
Répartition des investissements initiaux pour la création d’un commerce vrac : 40 % aménagement, 40 % équipement (trémies, bacs), 15 % premier stock, 5 % communication

Forte demande. Selon une enquête de bio-linéaire (!) « 86 % des consommateurs sont favorables à ce type de distribution » [p15] – attention à la source !

Traçabilité : Dans l’idéal enregistrer informatiquement les numéros de lots entrants et actuellement en rayon avec leur dates d’ouverture.A minima tenir un cahier de traçabilité en indiquant les mouvements de stock, avec leur numéro et date d’ouverture des lots, gardez les étiquettes une fois le lot terminé. [p23]

Fréquence des achats. On constate une moyenne de commandes tous les 15 jours à toutes les 6 semaines selon le type de produits [p23]

Nettoyage. Selon l’étude de l’Ademe 2016 : « Les rayonnages des produits vendus en vrac ont besoin d’être plus souvent nettoyés (chutes de produits, poussières lors du service, …) que des rayonnages classiques. Pour mettre en confiance les clients et garantir une hygiène irréprochable, les lieux doivent être tenus propres et sains. Chaque gérant met en place un protocole de nettoyage des silos et du lieu de vente. Les équipements dédiés au vrac ont par ailleurs été conçus pour aider à garder les rayons le plus propre possible.» [p23]

Privilégier les contenants Fifo [p24]

Le vrac bio nécessite beaucoup de vigilance pour éviter la prolifération de parasites. Pour cela je conseille une température ambiante inférieure à 22° dans le magasin et à 12° en réserve, associé à un nettoyage constant des silos et de l’espace. [p24]

Le bilan écologique du vrac reste mitigé par rapport au pré-emballé (!). Proposer du vrac reste un acte militant ou une réponse à une demande [p31]


Vente de produits en vrac
#3

Merci @olivierbarrier_lcc toujours sur la brèche ! Pour rajouter mes 2 centimes, la Biocoop qu’on a visitée en fin d’année dernière fait pas moins de 15% de son chiffre avec du vrac, donc c’est un moteur de développement économique tout à fait valable !


#4

Merci Julien pour cette info. Reste que j’aimerai bien savoir si c’est rentable dans un contexte Biocoop. J’ai lu qu’il faut 1 à 1,5 ETP (!!!) pour gérer un rayon de type Biocoop. Entre les investissements, les pertes et les frais spécifiques…

J’en profite pour préciser que j’ai reçu une grande aide des autres Food Coops pour avancer sur le sujet et que je mettrai pas mal d’infos sur le Wiki sous peu.


#5

Pour gérer un rayon vrac, 1ETP !? Je suis curieux de ta source si tu l’as encore sous le coude… ah tiens tant qu’on y est je rajoute la fiche du Civam de chez nous que je viens d’obtenir (attention aux déclarations/certifications pour le vrac nesspas) :
Fiche_metier_Distribution.pdf (3,4 Mo)
Pour le wiki j’ai plus mon compte (en ai-je jamais eu un d’ailleurs) mais je vais te suivre de près !


#6

Merci Julien, pour les ETP, je pense avoir lu ça sur Biolinéaire mais je n’ai plus la source en tête.


Merci pour la fiche.
je relève que :

  • « chaque opérateur doit notifier son activité liée aux produits biologiques auprès de l’Agence Bio, groupement d’intérêt public en charge du développement et de la promotion de l’agriculture biologique. » (p3)
  • dans notre contexte, le contrôle est obligatoire (p4)
  • les points de contrôle sembleraient laisser de la place à l’interprétation (p5)

Je suis à la bourre pour mettre la doc consolidée sur le wiki mais je vais le faire.